Chan Heung

Histoire du Choy Lay Fut

 

Arrière-plan : révolte des boxers


Le Choy Lay Fut est un style de Kung Fu.

Né d’une synthèse de 3 styles, il est créé en 1836 par Chan Heung en Chine.

Qui est Chan Heung ?

Son apprentissage

Chan Heung nait en 1806, dans le petit village de King Mui. Il fait ses premiers pas dans les arts martiaux à l’âge de 7 ans sous la férule de  son oncle Chan Yuen Wu qui lui apprend  le Kung Fu Shaolin pendant 10 années.
A l’âge de 17 ans, Chan Heung est recommandé par Yuen Wu à Lay Yau San,  maître de Kung Fu dans la boxe Lay Gar. Ce dernier sera son deuxième maître pendant 4 ans.

en recherchant un moine de Shaolin, nommée Choy Fok, vivant en ermite. Ce dernier vit sur la montagne Lau Fu et n’enseigne alors plus les arts martiaux.
Chan Heung part donc en quête du « Moine à la tête blessée », surnom dû aux cicatrices de brûlures que Choy Fok porte sur son visage. Choy Fok refuse de lui enseigner l’art martial, mais accepte finalement de le prendre comme disciple, pour lui apprendre le bouddhisme seulement en échange de son aide pour rebâtir le monastère dans lequel il vit.

Chan Heung s’entraîne donc la nuit. Un matin, Choy Fok le surprend en plein entraînement et lui demande d’envoyer une pierre de 40 kg à 4 mètres d’un simple coup de pied. Chan Heung s’écrase le pied contre la pierre mais réussit l’exploit. Le moine place alors son pied sous la pierre et l’envoie dans les airs avec légèreté et facilité.
Dès lors, Choy Fok apprend à Chan Heung le bouddhisme et les arts martiaux pendant 8 ans.


Retour à King Mui

A 29 ans, Chan Heung quitte le moine pour retourner dans son village natal. Il perfectionne son savoir pendant 2 ans puis il décide d’ouvrir son école pour y enseigner une synthèse des 3 styles appris avec ses 3 maîtres. Nous sommes en 1836 et le Choy Lay Fut est né.

L’origine du nom ?

Le nom « Choy Lay fut » est un hommage  aux trois maîtres successif de Chan Heung. Choy provient de Choy Fok qui fut le dernier maître de Chan Heung. Lee  tire son origine de Lay Yau San qui fut son deuxième maître et dont il apprit la boxe Lay Gar. Et enfin, le terme « fut » en Chinois signifie Bouddha. C’est une manière d’honorer le maître Chan Yuen Wu (l’oncle de Chan Heung), spécialiste de la boxe Fut Gar.

.

Le Choy Lay Fut est  donc un style  à la fois  du «  Nord » et du « Sud ». En effet, deux des maîtres de Chan Heung pratiquaient des styles du « sud » et un maître Choy Fok un style du « nord ». En cela, il constitue un style riche puisque composé de techniques de poings (propre aux styles du Sud) et techniques de pieds (styles du Nord).


La renommée du style et sa diffusion.

Guerre de l’opium et conséquences sur le Choy Lay Fut

Lorsque la guerre de l’opium éclate en Chine, Chan Heung part se battre dans l’armée du Canton contre la domination Anglaise. Il s’agit d’un conflit militaire entre l’empire Qing de Chine et le Royaume-Uni. La corruption des Mandchous au sein même de la dynastie des Qing contribue à la défaite de la Chine en 1842. Une rébellion s’organise alors contre les Mandchous et Chan Heung entraîne les partisans afin qu’ils puissent se battre contre les dirigeants Qing corrompus. Chan Heung quitte ensuite King Mui pour créer diverses écoles dans le Sud de la Chine et propager les idées révolutionnaires contre les Mandchous.

De là naissent les cris des frappes du Kung Fu Choy Lay Fut.

Ces cris étant des signaux lors de réunions secrètes des rebelles, pour tout connaisseur du style :

« Wa » la griffe du tigre
« Yik » pour la rotation de hanche
« Sik »  pour les frappes chap choy et sao choy
« Tik » pour les coups de pied
« Ah »  pour les frappes Gao choy (mouvement allant du bas vers le haut).

 

Pendant ce temps, le Kung Fu Choy Lay Fut se développe dans le sud de la Chine et devient de plus en plus populaire.

Chan Heung meurt le 20 août 1875 à 69 ans. Enterré à King Mui son village natal, il perdure dans les mémoires grâce à l’art martial qu’il a créé.

A la fin du XIXe siècle, le Choy Lay Fut se répand jusqu’à Hong Kong et différents ports de Chine. Plusieurs membres du clan Chan s’expatrient aux Etats-Unis, emmenant avec eux l’art martial.
Les deux fils de Chan Heung, Chan-On-Pak (aussi appelé « Les 5 fleurs avec une lance ») et Chan-Koon-Pak vont alors contribuer à leur tour à l’expansion du Choy Lay Fut. Le deuxième fils, Chan-Koon-Pak, doué également en affaires, assure la prospérité du style et de l’école qui comptera de plus en plus d’élèves.
De disciples en disciples, le Choy Lay Fut gagne en popularité.
Nous pouvons citer Chan Yiu Chi, le second fils de Chan Koon Pak, qui écrira un manuel décrivant le style, ou encore Jeong Yim, « le Père de l’école Hung Sing du Choy Lee Fut ».


Origine du Hung Sing Choy Lay Fut.

L'expansion du style

Il s’agit du style pratiqué au sein de l’union. Il fut fondé par Hung Sing, un élève de Chan Heung.
• Hung Sing, il correspond au style de la « victoire glorieuse » ou « victoire des Hung ».
Du temps de Jeong Yim, le Hung Sing était plus un courant regroupant les révolutionnaires qu’un style.